A quel âge commence une relation sexuelle ?
4 (80%) 42 vote[s]

Toute première fois, toute toute première fois… Voilà une trentaine d’années que l’âge de la première relation sexuelle ne bouge pas de façon significative. C’est autour de 17 ans que les filles et les garçons perdent leur virginité.

Dans l’immense majorité des cas, c’est donc à l’adolescence que les jeunes partent à la découverte du corps opposé et à la conquête des plaisirs charnels. Dans la plupart des cas, la première relation sexuelle n’est pas galvaudée et cette étape continue de marquer un passage important.

Dans quelles conditions cette première expérience se passe-t-elle ? Ce premier rapport est-il vécu de la même manière du côté masculin et du côté féminin ? Que dit la loi ?

L’âge légal de la première fois

Contrairement à ce que les légendes urbaines colportent, il n’existe pas de texte de loi définissant spécifiquement l’âge de la majorité sexuelle, encore moins à 15 ans et 3 mois.

Le seul cadre légal existant est l’interdiction d’une relation sexuelle entre un majeur et un mineur de moins de 15 ans ; et l’interdiction d’une relation sexuelle entre un majeur ayant autorité et un mineur, quel que soit son âge.
Si majorité sexuelle il y a, celle-ci est donc fixée à 15 ans.

Les conditions de la première fois

Les adolescents n’attendent pas la première relation sexuelle pour découvrir le corps de l’autre. Dans 53% des cas, la première relation sexuelle a eu lieu progressivement après différents stades d’intimité et de relations franchies.

Filles et garçons ont leur première relation sexuelle en majorité avec leur petit ami ou petite copine du moment pour presque 70% d’entre eux. Pour près de 80% des filles, elles disent être amoureuses au moment de franchir le cap, tandis que les garçons sont un peu moins de 60% à éprouver des sentiments amoureux.

À lire aussi :   Comment se remettre d’un râteau amoureux ?

Gilbert Tordjman, sexologue, explique que filles et garçons suivent des cheminements opposés : les filles partent du sentiment amoureux pour arriver au sexe, tandis que chez les garçons c’est le sexe qui fait naître le sentiment et l’attachement.

Néanmoins, chez les unes comme chez les autres, la première relation sexuelle est dans la majorité des cas un bon souvenir. Elles sont 20% à en conserver un souvenir magique, ils sont 28% à considérer leur première fois fabuleuse ! 35% des filles et des façons considèrent que l’expérience était plutôt réussie.

Dans 60% des cas, la première relation sexuelle se déroule au domicile de l’un ou de l’autre des partenaires. Les lieux de rendez-vous secrets, les relations sexuelles en pleine nature, dans une voiture, dans un lieu public sont désormais en bas du classement.

Fantasmée, attendue, redoutée… la première relation sexuelle est encore source de grandes inquiétudes et d’idées toutes faites.
Les filles sont ainsi dans leur grande majorité, à 72%, persuadées qu’elles auront mal ou qu’elles saigneront en raison de la rupture de l’hymen. Elles ne sont que 43% à déclarer avoir effectivement eu mal et seulement 36% a avoir saigné.

Si elle peut effectivement provoquer un léger saignement, la rupture de l’hymen n’est pas douloureuse. La douleur est due du stress ou à une mauvaise préparation et une lubrification insuffisante.

Connaissances en matière de MST et de contraception

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans… Plus inquiétant, les jeunes ont encore de grandes lacunes concernant leur connaissance en matière de contraception. Les lycéens sont ainsi 37% à ne pas systématiquement se protéger lors d’une relation sexuelle, et 20% d’entre eux déclarent ne pas savoir comment mettre correctement un préservatif. 34% des lycéennes ont déjà pris la pilule du lendemain une fois et 13% d’entre elles y ont eu recours deux fois.

À lire aussi :   Sortir avec une femme plus âgée / cougar : mode d’emploi

Tous ces chiffres ne sont pas rassurants concernant les connaissances des plus jeunes sur les risques liés à la sexualité. Et si les relations sexuelles ne peuvent pas être abordées uniquement par le prisme de la peur et du risque, certaines associations et certains organismes appellent les pouvoirs publics à renforcer les formations de santé sexuelle auprès de ce public.

Première relation sexuelle tardive

Tout le monde ne perd pas sa virginité avant 18 ans ! Ils seront encore 10% à ne pas avoir perdu leur virginité avant d’entrer à l’université. Il existe par ailleurs les cas appelés de “virginité tardive”. Cette dénomination même est problématique puisqu’elle impose une sexualité normée.

Les personnes adultes n’ayant pas encore eu de relation sexuelle l’expliquent par de multiples raisons : attente du prince charmant, peur de franchir le cap accrue à mesure que le temps passe, abus sexuels subis dans l’enfance ou l’adolescence ou simplement… pas envie de faire l’amour !

Pin It on Pinterest